agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

UFR Temps et Territoires Portails : www - étudiants - personnels UFR Temps et Territoires

Vous êtes ici : fr > Formations > Teddy, urbaniste adjoint au Québéc

Teddy, urbaniste adjoint au Québéc

 
EMPLOI

Pouvez-vous vous présenter (nom, prénom, niveau d'étude) ?

Bonjour,
Je suis Teddy Deschampt, ancien étudiant en licence géographie, mention aménagement du territoire. J’ai passé trois ans à l’université Lyon II, de 2010 à 2013.
Par la suite, j’ai décidé de quitter la France pour effectuer une maitrise au Québec, et plus précisément à l’Université Laval. Cette maîtrise, intitulée « aménagement du territoire et développement régional », m’a permis d’acquérir de solides bases théoriques et pratiques dans les domaines de l’aide à la décision territoriale, du développement durable, du développement régional, de l’environnement, de la gouvernance territoriale, du traitement spatial de l’information, des transports et de l’urbanisme. Terminée en 2015, cette maitrise s’est conclue par un essai laboratoire intitulé « L’Islet : parc régional éclatant ». Cet essai se distingue d’un mémoire car il demande aux futurs diplômés d’appliquer les connaissances acquises pendant leurs études à une problématique réelle. Les étudiants doivent, avec l’aide d’un professeur, aborder une problématique complexe en lien avec la profession d’aménagiste et proposer des pistes de solutions en collaborant avec divers intervenants. Dans le cas de notre essai, le fil conducteur était de donner des pistes de développement pour la création d’un parc régional éclaté dans une région située à environ 200km de Québec.
Pour plus d’informations :
https://vimeo.com/126630443 (webinaire de la plénière finale)
https://www.esad.ulaval.ca/files/esad/Perspecto2015-complet.pdf (p.14)

Quel poste occupez-vous actuellement (fonction, établissement, localisation) ? En quoi consiste-t-il ? Souhaitez-vous communiquer votre tranche de salaire ?

Depuis Mai 2016, j’occupe l’emploi d’urbaniste adjoint au sein du service d’urbanisme de la municipalité de L’Ange-Gardien, une municipalité de 4000 habitants située dans la banlieue de Québec.
Nous sommes seulement deux au sein du service d’urbanisme, avec comme seul collègue mon responsable.
Mes tâches sont très diverses, de par le peu de ressources humaines que possèdent la municipalité :
- Rencontre avec les citoyens pour les informer sur la réglementation d’urbanisme en vigueur.
- Analyse des demandes de permis déposées par les citoyens (Construction de nouvelles résidences, opération cadastrale, construction de bâtiments accessoires, enseigne, rénovations)
- Inspection des permis émis lorsque les travaux sont finalisés.
- Application des grandes lois en aménagement du territoire :
o Loi sur la protection des rives, du littoral et des plaines inondables
o Loi sur l’aménagement et l’urbanisme
o Loi sur la protection des activités agricoles
o Loi sur le patrimoine culturel
- Rencontre avec des promoteurs intéressés à des développements résidentiels, industriels et commerciaux. Ces rencontres se poursuivent par une analyse des plans, des suivis de rencontre (avec beaucoup de négociations…) et par des émissions de permis. En guise d’exemple, nous venons d’accepter un projet de 174 maisons sur le site d’un ancien camping : http://faubourgfortier.com/
- Mise en valeur du territoire avec la construction d’infrastructures de qualité. Souvent, ces projets sont réalisables par des partenariats avec les instances supérieures (MRC, gouvernements provincial et fédéral) et des partenaires financiers. Nous avons inauguré, hier, notre nouveau parc riverain situé sur les bords du Fleuve Saint-Laurent :
http://www.capitale.gouv.qc.ca/commission/zone-medias/inauguration-du-parc-riverain-espace-fillion
- Je me suis occupé d’un mandat important pour la municipalité : la création d’une brochure d’accueil des nouveaux arrivants dans la municipalité. Chaque nouvel arrivant peut obtenir une pochette dans laquelle figure l’ensemble des informations essentielles sur la municipalité, mais également sur la région qui l’entoure. Des partenariats avec les commerçants locaux permettent d’ajouter des cadeaux et promotions dans la pochette.
- Au delà de l’urbanisme, je suis chargé des communications de la municipalité auprès des citoyens. Je suis donc chargé de projets pour la création de notre nouveau site internet, et j’ai pris en main le développement des médias sociaux, encore inexistants avant mon arrivée à la municipalité.
En ce qui a trait à mon salaire, je suis actuellement en CDD, qui va bientôt déboucher sur un CDI. Actuellement, mon salaire est de 18$CAD brut, pour un total d’environ 32 000$CAD par année. D’ici quelques semaines, mon salaire augmentera à 22$CAD, soit 40000$CAD.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ?
Après avoir terminé mes études de maitrise en mai 2015, j’ai commencé activement à chercher un travail dans mon domaine. Après avoir consulté le service de placement de l’université Laval, j’ai postulé dans différents emplois, qu’ils soient dans le privé comme dans le public.
En deux semaines, mes efforts ont porté leur fruit : j’ai commencé ma carrière comme inspecteur en bâtiment étudiant pour la ville de Québec. Ce contrat, d’une durée de trois mois, m’a permis de développer mes connaissances en réglementation municipale.
En septembre 2015, à la fin de mon contrat, j’ai été contraint d’être au chômage pour une courte durée. C’est en octobre que j’ai trouvé un nouvel emploi, cette fois dans un organisme à but non lucratif. Cet OBNL, appelé « vivre en ville », me proposait l’emploi d’être conseiller en efficacité énergétique pendant l’ensemble de la saison hivernal.
Ce programme, financé par le ministère de l’énergie et des ressources naturelles, consistait à se rendre chez des familles à revenu modeste afin de leur donner des conseils simples pour réduire leur facture d’électricité. Toujours en séance de 1h30, l’ensemble de l’appartement était inspecté afin de trouver les petites astuces qui pouvaient faire de grosses différences sur la facture.
Mon contrat s’est terminé en Mars, et j’ai débuté en avril à l’organisme des bassins versant de la capitale, en tant que responsable en clientèle pour l’échantillonnage estival des eaux de puits privés. Cette campagne d’échantillonnage était en collaboration avec la ville de Québec, mais également avec la communauté métropolitaine, afin de détecter les nuisances qui pouvaient accentuer l’eutrophisation du Lac Saint-Charles, prise d’eau de la ville de Québec.
Mon parcours professionnel se termine où je suis actuellement, c’est à dire à la municipalité de L’Ange-Gardien, en tant qu’urbaniste-adjoint. Il est à noter que cet emploi devait débuter par un contrat étudiant de 3 mois, et qu’il s’est soldé par une prolongation d’un an. Dans quelques semaines, je serai fixé sur une permanence.

Avez-vous trouvé facilement cet emploi ? Comment vous y êtes-vous pris ?

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, obtenir un emploi durable n’a pas été de long repos. J’ai enchainé les emplois contractuels pendant près d’un an avant d’être où je suis actuellement.
Même si le taux de chômage est assez bas au Québec, le domaine de l’aménagement du territoire possède de nombreux contrats précaires. J’en ai fait les frais à de nombreuses reprises.
Toutefois, mon engouement, et ma persistance, m’ont permis d’ouvrir des portes. J’ai envoyé plus de 300 CV en candidature spontanée, chacun personnalisé. C’est d’ailleurs grâce à cette candidature que j’ai obtenu mon poste actuel. J’avais postulé quelques mois auparavant en candidature spontanée.
Également, je me suis fait énormément de contact pendant mon passage chez « Vivre en ville » ce qui m’a permis d’obtenir mon emploi à l’Organisme des Bassins Versants.
Enfin, ce que je conseille vivement aux amis qui sont encore en étude, c’est de s’impliquer dans du bénévolat, même ponctuellement. Ces heures sont tout un gain pour les étudiants car elles permettent de se faire des contacts et d’assurer une avancée sur les autres candidats lorsqu’une offre d’emploi est affichée.

Pouvez-vous nous donner un exemple de mission assurée aujourd’hui, en lien avec votre formation initiale ?
Comme exemple, prenons l’aménagement du parc riverain – Espace Fillon que nous avons inauguré le 6 juin 2017.
Cette infrastructure s’insère dans une volonté métropolitaine, par la mise en place d’une trame verte et bleue sur laquelle le Fleuve serait la colonne vertébrale. Grandiose, les accès au fleuve sont pourtant très limités. La communauté métropolitaine de Québec a voulu redonner le fleuve aux habitants en soutenant financièrement les municipalités qui voulaient créer des espaces conviviaux dans lesquels les habitants pourraient avoir accès au Fleuve.
C’est ensuite que se sont engagés des signatures de protocoles dans lequel la municipalité devait donner des échéanciers de livraisons. Au delà du simple partenariat avec les partenaires, de nombreuses réunions se sont faites entre l’architecte sélectionné et les membres du conseil municipal. C’est à partir de là qu’a débuté la construction et la supervision du chantier par les travaux publics.
En conclusion, l’inauguration officielle du parc demande beaucoup d’organisations : protocoles de visibilité, mise en valeur du bâtiment par un ajout d’enseigne, préparation de la conférence de presse… Au delà de l’aspect purement urbanistique, j’ai touché l’ensemble des volets de la conception d’un pôle récréatif.

Quels sont les points positifs de votre métier ?

• La diversité des tâches à effectuer
• La réalisation concrète des projets
• Faire des projets qui ont une incidence sur la vie quotidienne des citoyens
• La possibilité de pouvoir participer à n’importe quel projet (environnement très propice dans des petites municipalités où les ressources professionnelles sont minimes)

Quels en sont les points négatifs ?

• Devoir effectuer des tâches qui ne nous plaisent pas obligatoirement, notamment l’inspection des travaux finalisés.
• Être en première ligne de mire lors de plaintes de citoyens
• Se ranger derrière les volontés du conseil municipal, malgré son désaccord.
• Ne pas avoir le temps d’approfondir les différentes politiques, lois ou règlements par le manque de temps.


FORMATION EN GEOGRAPHIE et/ URBANISME

Quel a été votre parcours au sein de l'Université Lumière Lyon 2 ? Quel diplôme avez-vous obtenu ?

J’ai effectué une licence de géographie, mention aménagement de 2010 à 2013. J’ai eu mon diplôme en mai 2013
Quelles compétences avez-vous acquises grâce à votre parcours en géographie et/ou urbanisme ?
• Un esprit de synthèse
• Une capacité de travailler sous pression
• Devenir rigoureux
• Analyser des cartes et les interpréter
• S’ouvrir sur le monde, ses idéologies et sur les dynamiques qui le composent
• S’intéresser à l’actualité
• Améliorer son esprit critique
• S’intéresser aux nouvelles technologies cartographiques

Quels ont été les temps forts de votre formation ? Pourriez-vous décrire un souvenir particulier qui vous aurez marqué ?
Au delà de la découverte de l’université, la formation m’a permis d’appréhender les grands sujets d’actualités de ce monde. La mondialisation est un phénomène dont nous parlons sans cesse dans les médias, et c’est grâce à ma licence que j’ai approfondit son fonctionnement, ses avantages et ses limites.
La formation nous a permis de nous ouvrir sur le monde, par des études approfondies sur certaines régions. Notre voyage au Maroc en est le meilleur exemple : un voyage qui nous a permis de voir une méthode urbaine totalement différente, avec une culture aux antipodes de la nôtre. C’est cette ouverture sur le monde que j’ai apprécié connaître.

Quels sont les 3 mots qui vous viennent à l'esprit quand on vous dit "Université Lumière Lyon 2" ?

Humanité, Découverte et Réflexion

 

mise à jour le 19 juin 2017


Université Lumière Lyon 2